Lucien Foncel
"Ma première rencontre décisive pour mon avenir fut celle avec PIERRE CARDIN".

Après une année de dessin et de technique à l'école de la Chambre Syndicale de la Haute Couture Parisienne, il a la chance dont rêve tout jeune débutant, apprendre un métier pour lequel il se sentait destiné aux côtés d'un grand maître.

Cinq années d'étroite collaboration avec Pierre Cardin ne lui suf-fisent plus, il décide de voler de ses propres ailes et d'élargir son champ d'action.

En "free lance" il crée de nombreuses collections pour homme et pour femme, en France, en Allemagne, en Italie, au Japon. Ses fré-quents voyages dans le monde entier, Afrique, Amérique, Asie lui permettent d'assouvir sa curiosité, son goût de l'aventure et de s'enrichir au contact des cultures et des civilisations différentes.

En 1979, il ouvre son bureau à la création et lance sa première collection "Homme", exclusivement, pour l'été 1980.

Passionné par le théâtre et le cinéma, adolescent il rêve aussi d'être comédien. Cette vocation n'ayant pas abouti, il s'en approche en habillant comédiens et comédiennes le temps d'une pièce, d'un film, d'un tour de chant, ou d'un show: Jeanne Moreau, Jean-Paul Belmondo, Roberto Benzi, son "habit-salopette" de directeur d'orchestre, Thierry Le Luron, son premier smoking de scène, Michel Polnareff, ses tenues "secondes peau", Sheila "le temps d'un tango".

Mais sa rencontre importante avec la scène du tour de chant fut celle avec Barbara. En effet, la grande chanteuse lui demande de créer une nouvelle tenue et c'est la fameuse robe noire qui ne la quittera plus.

Quand Bernard Pisani lui demande de créer les costumes pour la reprise de "BRITANNICUS" qu'il joua la saison dernière avec le succès que l'on sait, il accepte avec bonheur. Il avait en effet, il y a plusieurs années travaillé le rôle de Britannicus et vit dans cette rencontre avec ses anciennes amours comme autant de signes de la fatalité.

D'un récent voyage en Tunisie, il rapporte des étamines de laine fine, des soies brochées légères, des voiles de coton brodés.

Ainsi veut-il recréer l'authenticité de la Rome Ancienne par les formes, les couleurs et le raffinement par l'apport de matériaux actuels tels que le cuir et la maille.

"Je crois aux rencontres, aux coups de foudre, aux complicités spontanées" dit Lucien Foncel.

- licence ministérielle n° 2-1039392 - SIRET n° 399 999 499 00037 - CODE APE 9001Z -